Dépollution électromagnétique

Réseau de prestataires indépendants | Conseil en environnement électromagnétique

Les Smart Meters

Voici une présentation rapide des smart meters, ces compteurs électriques dits « intelligents », et qui sont extrêmement polluants. Après visionnage de cette courte introduction, vous comprendrez pourquoi en Allemagne des médecins tirent la sonnette d’alarme quant à la dangerosité de ces compteurs pour la santé.

Bon visionnage !

Qu’est-ce que l’électricité "sale" ?

L’électricité « sale » est le nom donné au parasitage électromagnétique qui se superpose au signal électrique 50Hz.
Rappelons que le 50 Hz est la norme dans toutes nos habitations. Il s’agit d’un courant alternatif de toutes les installations électriques. Ce courant électrique basses fréquences se comporte comme une antenne qui va véhiculer des rayonnements de hautes fréquences.
Ces fioritures sur le signal électrique BF sont amenées essentiellement par la technologie CPL (courant porteur en ligne), vous savez ?.. les plugs de votre box internet ou encore le compteur communicant Linky..
Cela dit bien d’autres appareils utilisés dans notre quotidien contribuent également à polluer l’électricité domestique :
- les lampes fluo-compactes (attention elles contiennent du mercure)
- les lampes halogènes sur pieds sont de véritables antennes pour les signaux parasites de type CPL
- les rhéostats (notamment dans les dispositifs d’éclairage avec variateurs)
- les écrans à plasma (ne se font plus aujourd’hui)
- les ordinateurs
- les photocopieurs
- les transformateurs électriques (ils contiennent des bobines qui émettent de forts champs magnétiques).


Tous ces appareils augmentent la nocivité des champs électriques et des hautes fréquences des dispositifs type CPL qui se superposent au signal alternatif basse fréquence de 50Hz.

Les effets sur la santé

Cette pollution du courant électrique est à l’origine de divers symptômes tels :
Maux de tête, acouphènes, insomnie, vertiges, palpitations cardiaques, irritations cutanées, problèmes d’estomac, nausée, migraines, problèmes de concentration, perte de mémoire, arythmie, perte d’audition, engourdissement de membres, fatigue généralisée, irritabilité, anxiété, dépression, sensation de chocs électriques dans le corps, pression sur la poitrine, sensation de brûlure, douleurs musculaires et articulaires, saignement de nez, intolérance à la lumière…, et l’électro-hypersensibilité (stade ultime). En réalité nous sommes tous électro-sensibles à des degrés différents. Les EHS combinent souvent plusieurs des symptômes précités.

Comment fonctionne LINKY ?

Nous avons tous un compteur d’électricité qui sert à mesurer la consommation électrique du foyer. Le compteur communicant échange des données de consommation avec le centre de contrôle de façon automatique.
Cela dit le CPL est une technologie qu’utilise le compteur communicant LINKY d’ENEDIS (ex-ERDF). Il est prévu que d’ici à 2021 près de 35 millions de compteurs Linky soient installés sur le territoire.

Vous souhaitez refuser le LINKY ?
Voici un site présentant les moyens de se défendre et empêcher l’installation des smartmeter : Linky, Gazpar etc : http://refus.linky.gazpar.free.fr

Quelles solutions à LINKY ?

Fort heureusement, le signal CPL-Linky peut être fortement atténué. Pour cela la meilleure solution reste le Filtre CPL fixe installé par l’électricien entre le disjoncteur et le tableau.

Comment choisir son filtre CPL-LINKY ?
Vous vérifierez d’abord le calibrage du disjoncteur, s’il indique une valeur inférieure à 40 ampères (domicile à faible consommation électrique) vous pourrez sélectionner un filtre supportant un ampérage de maximum 40A. Pour plus de tranquillité, optez pour un filtre CPL-Linky supportant un ampérage allant jusqu’à 65A ce qui couvre la plupart des foyers utilisant le monophasé.
Le filtre CPL-Linky idéal devrait prendre en charge les bandes de fréquences Cénélec A, B, C et D ce qui correspond à des fréquences allant de 30kHz à 150 kHz.
Les compteurs G1 et G3 émettent sur les fréquences Cénélec A.

Parmi les filtres reconnus et efficaces pour atténuer le CPL du Linky, vous pouvez en toute sûreté opter pour le PROSTOP65 de POLIER. Voir le rapport d’essai du Groupe Emitech concernant le filtre Polier. Ce filtre offre une atténuation de 40dB voire supérieure dans les bandes CENELEC A, B, C et D, ce qui correspond à 99,99% d’atténuation !

Le modèle HPF 1065 d’EMIKON n’est pas en reste ! Jugez plutôt des performances de ce filtre dans le rapport de mesure. C’est plus de 40dB d’atténuation sur toutes les bandes CENELEC A,B,C, et D !

D’autres filtres existent comme par exemple le Bio-volt .. Nous publierons les rapports d’essais dès qu’ils nous seront communiqués. Faites votre choix !

Comment installer son filtre CPL-Linky ?
Le filtre est installé par un électricien. Il sera idéalement inséré dans un tableau.

Combien coûte l’installation ?
Nous estimons la pose du filtre par un professionnel à un montant de 250€ maximum déplacement inclus. Vous trouverez aisément un électricien respectant ce seuil limite.
Notez que le prix du filtre n’est pas inclus dans le service de pose. Cela dit l’électricien, en tant que professionnel peut vous fournir le filtre à un prix intéressant. 

Les collectifs STOP-LINKY nous rejoignent

Fort heureusement, le signal CPL-Linky peut être fortement atténué. Pour cela la meilleure solution reste le Filtre CPL fixe installé par l’électricien entre le disjoncteur et le tableau.

Comment choisir son filtre CPL-LINKY ?
calibrage du disjoncteur


Vous souhaitez refuser le LINKY ?
Voici un site présentant les moyens de se défendre et empêcher l’installation des smartmeter : Linky, Gazpar etc : http://refus.linky.gazpar.free.fr
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/toulouse-un-juge-autorise-le-refus-du-compteur-linky-pour-raison-medicale_2068441.html

De l’espoir pour les EHS …

Toulouse : un juge autorise le refus du compteur Linky pour raison médicale
Voir l’article de l’Express

En revanche :
Le Conseil d'État condamne une ville qui avait interdit le déploiement de compteurs Linky. Cela se passe à Bovel commune d’Ille-et-Vilaine

Il estime que Bovel (Ille-et-Vilaine) n'est pas propriétaire des compteurs électriques installés sur son territoire. La commune doit désormais verser 3000 euros à Enedis.

Le Conseil d'État a rejeté ce vendredi le recours de la commune de Bovel (Ille-et-Vilaine) qui avait interdit le déploiement des compteurs électriques communicants Linky sur son territoire.
Info parue le 28-06-2019 dans l’Express.

Linky : un compteur communicant qui en dit beaucoup sur notre vie privée

Pour mettre en œuvre une directive européenne relative à l’efficacité énergétique dans l’Union, la France a décidé, en 2012, de procéder au remplacement de tous les compteurs électriques par de nouveaux compteurs joliment appelés « Linky », capables de communiquer directement à une centrale EDF, sans l’intervention de son personnel.
Ce n’est pas là sa seule fonction, il permettra aussi d’adapter le contrat, autorisera la mise en service ou la coupure à distance et le client pourra surveiller sa consommation en KW en se connectant sur un site dédié et non directement sur le compteur…

Alors pourquoi tant d’usagers farouchement opposés, tant de communes (plus de quatre-vingt-dix à ce jour) prennent des arrêtés s’opposant à ce déploiement ?

C’est que Linky est très bavard : les informations qu’il collecte constituent une intrusion dans la vie privée de soixante-six millions d’habitants, car le transfert des données détaillées sur la consommation d’énergie (par exemple toutes les dix minutes) permet notamment d’identifier les heures de lever et de coucher, les heures ou périodes d’absence, ou encore, sous certaines conditions, le volume d’eau chaude consommée par jour, le nombre de personnes présentes dans le logement, etc. Au point que la Cnil a travaillé sur un « Pack de conformité » et préconisé qu’EDF obtienne de l’usager son consentement pour le transfert de ses données. Or de ce consentement il n’est absolument pas question dans les courriers envoyés par ERDF annonçant le remplacement des compteurs.
Par ailleurs, ce transfert de données constitue une modification substantielle du contrat signé à l’origine pour la fourniture d’électricité, mais cette modification n’est en aucun cas évoquée.
Il est donc pour le moins surprenant qu’ERDF procède avec une telle brutalité au changement des compteurs chez des usagers, malgré leur opposition, et que les responsables invoquent uniquement les économies et la facilité d’utilisation.
La LDH a demandé à la Cnil de vérifier le respect par EDF du Pack de conformité. Elle regrette enfin que, plutôt que de recourir aux arguments d’autorité, il n’ait pas été procédé aux expertises scientifiques nécessaires afin de répondre aux craintes qui ont pu être exprimées.
En attendant que ces expertises aient lieu et que la Cnil ait rempli sa mission, la LDH demande un moratoire sur le déploiement actuel.
Paris, le 19 avril 2016 Source : Ligue des droits de l’homme www.ld-france.org
Vidéo du 02 février 2016 devant l’Assemblée Nationale :
1. le compteur Linky n'est pas obligatoire
2. le Linky en zones de campagne utilisera des liaisons en radiofréquences, comme les Smart Meters américains, sources de nombreux dégâts matériels et sanitaires
3. Les modules domestiques de visualisation fonctionneront en liaison par radiofréquences
4. C'est le *marché*, et donc les intérêts des industriels, qui décidera des utilisations du Linky, et non l'intérêt des consommateurs
5. L'objectif réel du Linky, derrière les allégations fantaisistes d'économie d'énergie et de meilleure maitrise de la consommation par le client , est de participer à l'installation de la "smart grid" qui se met en place au niveau mondial : tous les appareils connectés en permanence au réseau planétaire. Et Philippe MONLOUBOU est fier que sont entreprise soit "déjà un opérateur de Big Data, qui est une nécessité".

Un grand merci à Next-Up pour cette vidéo de qualité, comme toujours :
http://next-up.org

Paris refuse les compteurs LINKY

Dans un "voeu" daté du 17-18 octobre 2011 et que Denis Baupin, adjoint au maire, a mis en ligne sur son site, le Conseil de Paris a rejeté l'installation des compteurs Linky.

Ce voeu était proposé par les élus du groupe Europe écologie - Les Verts et apparentés.

"Considérant que la Ville de Paris est propriétaire de l'ensemble du réseau de distribution d'électricité sur son territoire, y compris les compteurs électriques, et qu'elle en a confié la gestion à ERDF (Électricité Réseau Distribution France) par le moyen d'une concession,

Considérant l'annonce faite le 28 septembre dernier par le Ministre de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie numérique d'une généralisation des compteurs dits intelligents "linky", dont l'expérimentation avait pourtant soulevé de nombreuses critiques

Considérant l'absence totale de concertation avec les collectivités locales propriétaires des réseaux, malgré un niveau d'investissement extrêmement élevé (estimé entre 4 et 6 milliards d'euros au total),

Considérant la nécessité d'un accès total, gratuit et instantané des usagers aux données concernant leur consommation d'électricité et l'importance d'un tel système pour qu'ils puissent pleinement maîtriser leurs consommations

Considérant qu'en l'état, les services gratuits proposés avec ces compteurs ne permettent pas d'assurer la maîtrise de la demande d'énergie, remettant ainsi en question les potentialités des "smart grids" (réseaux intelligents) pourtant à l'origine même du changement de matériel

Considérant que le plan Climat de la Ville de Paris prévoit une baisse des consommations énergétiques de l'ensemble du territoire parisien de 25% d'ici 2020,

Considérant par ailleurs les impératifs de préservation de la vie privée et de la liberté des citoyens, qui pourraient être mis à mal par un dévoiement de l'utilisation des données collectées sur les habitudes des consommateurs et l'utilisation de leur réseau électrique domestique, et l'attachement de la Ville de Paris à la non-utilisation des données collectées à d'autres fins que les nécessités liées à la concession d'électricité

Considérant enfin l'engagement d'ERDF auprès du Maire de Paris, par courrier du 25 novembre 2009, à l’occasion de la négociation de l’avenant à la convention de concession, de déployer un réseau de compteurs qui tiendrait compte de la nécessaire "finesse du pas de temps pour les courbes de charge" et qui permette "d'offrir aux parisiens (…) de nouvelles et nombreuses fonctionnalités en matière de maitrise de l'énergie électrique"; ajoutant que "les modalités de ce déploiement et de ce suivi feront l'objet d'échanges avec les services de la Ville lors de la préparation du premier programme quadriennal d'investissement, dans le cadre des dispositions prévues par le projet d'avenant" et constatant que la décision du Ministre remet de fait en cause un engagement pourtant crucial de la négociation de cet avenant

Aussi, sur proposition de Denis Baupin, Fabienne Giboudeaux, René Dutrey et des élu(e)s du groupe Europe Ecologie - Les Verts et Apparentés, le Conseil de Paris :

· Rejette cette décision ministérielle unilatérale,

· demande le réexamen du cahier des charges des compteurs avant tout déploiement, pour réellement prendre en compte l'intérêt des usagers, la confidentialité des données et la capacité de maîtrise de l'énergie
."